Imprimer
Catégorie : Les croisières Citroën

Cette expédition Citroën relia  Colomb-Béchard à Madagascar en passant par le Niger, le Tchad, Le Nyassa , le Victoria.

c'est à la suite de la réussite de la 1ère Traversée du sahara en automobile ( dec 1922 - mars 1923 ) , qu' André citroën se pencha de plus près sur le continent africain................


Le but de cette seconde expédition n'était plus uniquement sportif, car André Citroën voulait qu'elle ramène une documentation artistique ,scientifique et économique.


Georges-Marie Hardt ,chef de "Croisière Noire"

Louis Audouin-Dubreuil,chef adjoint


 

Toutes les voitures comportaient un chassis B2. Elles se différenciaient des autochenilles de série par quelques perfectionnements améliorant le refroidissement du moteur sous les climats tropicaux : récupérateur de vapeur placé au-dessus du radiateur , et éléments latéraux disposés légèrement en oblique sous le carrossage doublant environ sa surface de refoidissement.La transmission permettait six vitesses au lieu de trois normalement et le différentiel comportait un bloquage.Les poulies avant des chenilles étaient à voile plein au lieu d'etre en tole découpée.La surface portante de la chenille au sol fut augmentée, en ajoutant 20 mm à son empattement.

Elles avaient des noms :

"Scarabée d'or" pour celle de G-M Haardt

"Croissant d'argent" pour celle de L. Audouin-Dubreuil

"Tortue volante" pour les trois seules voitures carrossées.

 

Ces dénominations et emblèmes de 20 mm étaient peint sur les cotés des voitures et sur les remorques pour éviter les erreurs d'attelage.


Les huit autochenilles étaient réparties en deux groupes, chacun ayant pour chef  l'un deux de la précédente expédition transsaharienne.

 

Premier Groupe:

Le "Scarabée d'or" transportait les cartes ,les armes ,les documents.

Le "L'éléphant à la tour" lui avait à son bord ,les archives et la trésorerie.

Le "Soleil en marche" et "L'escargot ailé" étaient les deux voitures cinéma.

Deuxième Groupe:

Le "Croissant d'argent" était conduit par le chef mécanicien Maurice Penand.

La "Colombe" transportait le matériel médical et le ravitaillement.

Le "Centaure " avait à son bord le célèbre peintre Alexandre Lacovleff.

"Pégase" Cette voiture ,la voiture 'balai' transportait les pièces de rechange.


C'est le 28 Ocobre 1924 à l'aube que les huit autochenilles prirent le départ de Colomb-Béchard, sous le regard des légionnaires et des tirailleurs Sénégalais. L'expédition apès des heures interminables arriva à l'oasis de Benni-Abbès. LEs jours suivantsce fûrent celles d'Adar, puis de Taouri. Et c'est le 5 novembre que le mission part pour la grande traversée du Tanezrouft, plus de 1000 km sans un pointde ravilaillement. C'est parait - il auprès du massif montagneux de Adrar des Iforas que le cinéaste Léon Poirier eut l'idée du titre qu'il donnerait au film de l'expédition  - LA CROISIERE NOIRE -

Au début de la croisière Noire, le passage du Guir à Ilgi. Au premier plan le Scarabée d'or avec son tendelet : Archives Citroën 


Pour l'instant, l'expédition était descendue plein sud. Elle se dirigea en suivant le Niger puis la frontière du Nigéria Britanique à travers les régions sablonneuses entourant Zinder.Le 20 novembre, les voitures traversent successivement Gaô ancienne capitale de l'empire noir puis Niamey, Zinder capitale de notre colonie du Niger pour ce retrouver au bord du lac tchad. L'expédition y arrivera le 14 décembre, réalisant ainsi la prmière jonction automobile entre la Méditérranée et le grand lac Centrafricain.


Les rives du lac centre Africain, sujet à des crues inattendues, malgré le manque de pluie. Elle  les contourna par le Nord et traversa Kanem en passant par Maô et Massakori.C'est à une vintaine de kilomètres de la capitale du Tchad.  

Passage d'une rivière

Campement en Autochenille


Après avoir été transporté sur la rive gauche du Chari, l'expédition reprit sa progression le 3 janvier 1925. Le terrain plus dur permet une meilleure vitesse. Après avoir atteint la mimite entre le Tchad et l'Oubagui-Chari, ce fut Fort-Crampel le 9.La Croisière noire avait alors atteint son point extême en terre francaise.

 

Le Croissant d'argent traversant une rivière sur trois grosses pyrogues.

 


Le 19 janvier, les autochenilles, rebroussant chemin , revenaient à Fort-Sibut, puis repartirent vers l'est pour joindre Bambari, Bria et Yalinda; pénétrant alors dans la région de chasses au sud du Soudan.les membres de l'expédition rayonnèrent à travers la région pour chassser l'éléphant, la girafe, l'antilope et le buffle.La mission resta dans la région juqu'au 27 février.

 

 


Pour la première fois, le 1er Mars, l'expédition pénétrait en terre étrangère après avoir traversé le M' Bomobou, affluent du Congo, et pénétrer dans la forêt équatoriale. Malgré cela les autochenilles progressèrent assez rapidement car elles atteignirent rapidement Buta.De cette ville seules les quantres voitures du 1er groupe piquèrent sur le fleuve du Congo. Quelques jours plus tard, le 19 mars, après avoir traversé deux fois le pays des Pygmées, le groupe était de retour à Buta.

 Superbe dessin

 


Quittant Buta le 22 mars la mission Citroën se dirigea vers l'est en empruntant la route Congo- Nil pour pouvoir atteindre le lac Albert. Cette route dite Royale avait été construite pour assurer un débouché au Congo belge sur le nil, et les autochenilles trouvèrent un terrain parfait pour rouler. Passant par Niangara, elles la suivirent jusqu'à Adronga pour reprende ensuite une bonne piste à travers un massif montagneux qui le amena aux mines d'or de Kilo-moto avant de rejoindre le lac Albert à ksenki. 


c'est lors de cette étape que la croisière noire se dispersa en quantre groupes de 2 voitures encore qu'ils firent route ensembles jusqu'a Kampala au nord du lac Victoria. c'est la le 19 Avril, le Croissant d'argent et le soleil en marche se séparent des autres sous la direction de Audoin Dubreuil, emmenant avec eux le mécanicien Trillat qui, jusque la , avait assumé les délicates fonctions d'infirmier. Ce groupe va déja passer par les sources du nil blanc, avant d'abandoner l'Ouganda pour passer dans le Kenya.

Une autochenille dépanne une de ces soeurs


Les 1e, 2ème et 3ème groupes réunis à Majuna, arrivés séparément par bateaux, repartirent bientôt pour Maevatanna et tanarive, q'uils joignirent le 26 juin 1925.vers la fin aout les huits autochenilles et leurs équipages s'embarquaient à Tamave après une dernière liaison en communTannarive - tamave sur un paquebot des messageries maritimes pour rejoindre la france.

 

"L'éléphant à la tour " et la colombe en mauvaise posture